KIA NIRO, L’HYBRIDE DIFFÉRENTE

Par : Marc Bouchard ( Juin 2017 )
À LA UNE
SPORTS & VÉHICULES

Les voitures hybrides n’ont pas la réputation d’être particulièrement spectaculaires à conduire. Ce n’est d’ailleurs pas la raison pour laquelle on les achète. Au contraire, on mise sur la consommation de carburant diminuée et sur leur côté pratique pour justifier leur achat. Sans tenir compte de leur look qui se rapproche parfois davantage d’une soucoupe volante que d’une véritable voiture.

Voilà que l’on pourrait bien avoir trouvé la base d’un compromis plus qu’acceptable : le Kia Niro. Attention, ne vous attendez à rien de vraiment sportif. Le Niro, un petit multisegment très compact, mise aussi sur la consommation pour se tailler une réputation.

Mais il allie aussi une conduite agréable, un espace de chargement correct et une silhouette plutôt jolie, ce qui le place définitivement dans la catégorie des véhicules qui devraient connaître du succès chez nous au cours des prochains mois. En fait, je nuance ce que je dis : il connaîtra un succès aussi en raison de son prix abordable.

Hybride d’abord, mais…

Le Kia Niro sera disponible en trois déclinaisons dont une 100 % électrique et une autre hybride branchable. Mais le marché s’est d’abord ouvert avec la venue d’une motorisation hybride plus traditionnelle. Petit détail intéressant, toutes ces déclinaisons se retrouveront aussi chez Hyundai, mais en version berline plutôt que multisegment, dans la Hyundai Ioniq.

Dans le cas du Niro, on parle plutôt d’un petit véhicule aux grandes prétentions puisqu’il se manifeste dans le créneau des multisegments de petite taille dont la popularité n’est rien de moins que spectaculaire. Il fait ainsi face aux Mazda CX-3 et Honda HR-V de ce monde, dont les ventes explosent littéralement de mois en mois.

Le petit Kia est cependant le seul à offrir une motorisation aussi économique. Sous le capot, un moteur 4 cylindres de 1,6 litre jumelé à un moteur électrique permet de développer quelque 139 chevaux. Ce qui peut sembler bien peu, mais qui se traduit par une nervosité inattendue. En fait, c’est le moteur électrique qui rend cette nervosité possible, le couple maximal étant disponible dès 1000 tours/minute.

Pour ceux qui sont moins familiers avec le principe, précisons qu’un moteur électrique dispose de sa puissance rapidement, un peu comme si on allumait une lumière à l’aide d’un interrupteur. Un moteur à essence doit faire monter son régime pour atteindre le maximum de sa puissance. Fin de l’explication technique.

À la fin de notre journée d’essai, au cours de laquelle nous avons franchi un peu plus de 200 kilomètres, je dois avouer mon étonnement : 5,8 litres aux 100 km en moyenne, et sans vraiment faire attention. En fait, j’ai conduit la plupart du temps en mode dynamique, ce qui contribue à une augmentation de la consommation.

Avec des suspensions correctes, un peu plus de 1700 litres d’espace de chargement une fois tous les sièges baissés, et une qualité de finition surprenante (il est vrai que nous conduisions la version SX, soit la plus équipée et dotée d’une sellerie de cuir, mais tout de même), le petit multisegment a été une belle surprise.

On l’a aussi muni de plusieurs éléments qui le distinguent. Ainsi, ne cherchez pas la traditionnelle batterie 12 volts qui alimente la voiture. On l’a plutôt remplacée par une petite batterie lithium-ion qui, une fois à plat, peut être rechargée en appuyant sur le bouton reset. 

L’espace arrière est facilement accessible grâce à une large embouchure, et la silhouette de l’ensemble, sans être révolutionnaire, est aussi agréable. Bref, le Kia Niro a définitivement tout ce qu’il faut pour plaire! 

Fiche technique :

Transmission : Automatique, 6 rapports

Rouage: Traction

Moteur électrique :

Puissance : 43 ch @ 1 798 tr/min (32 kW)

Couple : 125 lb·pi (169 N·m)

Moteur : 4L 1,6 litre

Puissance : 104 ch @ 5 700 tr/min (78 kW)

Couple : 109 lb·pi @ 4 000 tr/min (148 N·m)

 

Kia Niro, l’hybride différente